Le domaine

L’an 2000…

Il est bien difficile aujourd’hui pour un enfant d’imaginer ce que représentaient ces mots magiques il y a cinquante ans. Enfants de l’après guerre, on évoquait ce temps comme celui d’un avenir paradisiaque, incarnant pour nous la notion même de progrès technique, symbolisant un monde idéal, ce monde couleur d’orange dont parlait Aragon, un monde « moderne » où rien ne serait plus comme avant, un monde où nous serions libérés de nos pesanteurs et de nos limites, de nos petitesses et de nos contingences…

La fin des années 90 incarna pour beaucoup de vignerons français une période où tout semblait possible et en ce qui nous concerne, libérés de nos complexes de vignerons du sud, quittant l’enclave banyulencque nous partions quelques uns de La Rectorie explorer le nord-ouest du Roussillon, nous éloignant du rivage méditerranéen, afin d’y établir une « fondation ».

Les Hautes Corbières du Roussillon comme on les appellait jusqu’en 1972, abritaient au sud d’un plateau qui surplombait le village de Maury, un petit village et une cave qui allaient nous accueillir après une expérience concluante à la Cave Coopérative de Maury pour le millésime 2000; lors de ces vendanges nous élaborâmes pour le compte de la cave un essai de vinification en vin rouge en vue d’une future AOC sur ce terroir qui à l’époque ne produisait que des VDN. Vincent Legrand était aux manettes et déploya son énergie coutumière pour mener à bien ce projet.

Fort de cette expérience l’équipe de La Rectorie renforcée d’une jeune vigneronne et de deux vignerons plus expérimentés, nous faisions l’acquisition dès juillet 2001 de la cave coopérative de St Arnac afin d’établir un lieu de vinification dans les fenouillèdes, à proximité du cru Maury . Là, nous avons recherché à expérimenter ce qui faisait les particularités de ce terroir de Maury en y appliquant les mêmes exigences et la même discipline que celle qui avait été la nôtre au Domaine de La Rectorie. Durant dix ans nous avons essayé tant à la vigne qu’à la cave, avec des moyens modestes, de chercher à faire parler cette grande muette qu’est le terroir ! Une fois encore, comme à La Rectorie, l’absence de moyen fut notre guide, l’absence de gourou notre credo !

Par ailleurs et dans le même temps des amis nous aidaient et nous entouraient de leurs conseils et de leur…amitié bien nécessaire dans ces moments de combat que représente la naissance d’une petite unité de production indépendante!

Bien sûr cette expérience d’une grande richesse humaine ne fut pas tous les jours facile et je comprends bien que certains d’entre nous s’en fatiguèrent mais quand je fais le bilan de ces dix années, il m’apparait plus que jamais que le nom choisi, le nom donné a vraiment correspondu à cette expérience: La Préceptorie* fut une fondation de La Rectorie à Maury

L’étymologie est une science passionnante et peut rejoindre dans certain cas les travaux de l’analyse et de la psychanalyse, maitre Lacan n’est pas loin. Nommer une chose, un être, c’est le reconnaître, c’est lui donner naissance, lui donner la vie. Dans la nouvelle Alliance ce n’est pas un hasard si un des apôtres commence, en voulant nommer Celui qu’on ne peut nommer en disant : « Au commencement était le Verbe… »Et si l’étymologie nous permet de décortiquer le sens historique de la naissance du mot de son origine, le choix même du mot pour désigner une histoire, un projet n’est pas neutre.

Pour des raisons diverses et variées tous ceux qui ont vécu cette « aventure » ne sont pas restés mais tous ont apporté leur pierre à l’édifice et il est trop tôt au bout de dix ans pour en tirer toutes les conclusions mais le travail est là et la production de vins blancs, rosés et rouges ainsi que les VDN , atteste du chemin réalisé pour appréhender l’expression du terroir de Maury sans s’embarrasser d’artifices. C’est bien grâce à tous ceux qui ont travaillé à ce projet – que certains pourraient qualifier d’utopique – qu’ils l’ont imprégné de leur désir et de leur volonté à tranformer leurs rêves en réalité malgré tous les échecs, les imperfections des uns et des autres, les abandons, les fatigues. Le chemin parcouru en dix ans nous a permis la décantation nécessaire, indispensable pour faire la part des choses, la part des êtres, la part du rêve et celle de la réalité.

La réalité est-elle moins belle pour autant, je ne le crois pas. Arrivé pour les vendanges 2007, Joseph Parcé et sa femme Amandine se sont occupés du Domaine jusqu’ au 13 Décembre 2016. Passage en culture biologique, construction d’une nouvelle cave à St Paul resteront les éléments déterminant de sa gérance.

Aujourd’hui, bien que Marc soit toujours présent, c’est la nouvelle génération de « Frères Parcé » Martin, Augustin & Vincent qui est aux commandes.

*La Préceptorie (preceptorum domorum milicie Templi) ou Maison (domus Templi) était un centre habité, par une petite communauté, qui réunissait les trois fonctions essentielles de : maison conventuelle, poste fortifié, domaine d’exploitation agraire.

Marc Parcé